L'encre noire

27 avril 2018

J'ai souillé vos baisers

 

La vie n'est rien quand elle est tiède, elle se consume .

Pour devenir une vie de cendres.....

Le saut de l'ange n'a rien d'étrange pour moi,

Obsédée du pire, j'oublie vos rires,

Mon sang bouillonne, il bout de tout, en somme.

Pour renaître de mes cendres, il me faudra réapprendre à rester libre.

Plus tard, vous reviendrez dans la chambre qui bannit les mots tendres

Sur la stèle des amants, où notre amour a été gravé sur la pierre,

Vous goûterez l'élixir de mes délires.

Pénétrant vos songes,

Je deviens volute, poussière d'ange.

La faute me ronge, alors j'enfile mon âme de lumière,

Mon habit de mystère, pour boire vos plaintes amères,

Dans vos draps de papier tout délavés, j'irai souiller vos baisers

Méfiez-vous de ma puissance, méfiez-vous de l'aisance,

Au jeu du corps à corps, l'esprit est bien plus fort .

Méfiez-vous des puissances de la femme qui dort,

Sa force est subtile, la force est féminine.

Il me reste une arme redoutable,

Les mots mystérieux qui transforment la femme en diable !

Rachël

Posté par L encre noire à 20:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 novembre 2017

On ne sait jamais qui est derrière un masque

dessin-3800

Posté par L encre noire à 20:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le grand secret

Posté par L encre noire à 20:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pour ne pas oublier

 

Appelez-la pour qu'elle fuit le noir
Oh je vous en prie, laisse-la venir,
Afin qu'elle nous dévoile l'avenir,
Nos cœurs refusent le désespoir,

Où sont nos rires, il y a trop de pleurs,
Oh je vous en prie, montrez-lui les lignes,
Celles qui conduisent vers le bonheur,
Dites-lui, que nous attendrons son signe,

Seulement une main tendue vers la paix,
Une main douce qui nous guiderait,
Seulement une main pour la paix,
Une main douce qui nous guiderait,

L'amour est au bout de vos doigts,
Oh je vous en prie, pensez comme autrefois,
Offrez votre amour infini sans compromis,
Cachez votre peur, l'espoir reste notre ami.

Seulement une main tendue vers la paix,
Une main pour ne pas oublier qu'hier on s'aimait

Rachël Colinet-Pioche

 

Posté par L encre noire à 18:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 août 2017

Le livre de la vie

Le livre de la vie

Posté par L encre noire à 21:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 mai 2017

Songe

0

 Songe

 

Songe d'un soir très sombre,
Où l'étoile meurt sans soucis,
Le temps dévore mon teint carné
Le passé, le présent, s’efface l'avenir,

 S’efface l'avenir,s’efface l'avenir,

 Un silence lourd dans la pénombre,
Une vie pas forcément réussie,
Ma mémoire est une hyène acharnée,
Qui tue à petits feux mes souvenirs,

 S’efface l'avenir,s’efface l'avenir,

 Demain, dans la rue vais-je te reconnaître,
Parmi tous ses gens qui se confondent ?
Mes yeux seront comme l'arc-en-ciel,
Avec des larmes aux couleurs velours

 S’efface l'avenir,s’efface l'avenir,

 Puis un jour, tout va disparaître
Mon âme sera dans un autre monde
Plus de place pour le superficiel
J'ai oublié nos mots d'amour 

 S’efface l'avenir,s’efface l'avenir,

 Rachël

Posté par L encre noire à 15:09 - Commentaires [1] - Permalien [#]

12 décembre 2016

A ma fille

amafille1

Posté par L encre noire à 20:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 décembre 2016

Le fruit du plaisir

861833

 

Le fruit du plaisir

 

 A l'orée d'un bois, nue, je suis allongée

Sur un tapis de feuilles couleur vermeille

L'astre levant est venu réchauffer

Mon corps qui lentement s’éveille

 

Les rayons deviennent coquins

Émoustillent le bout de mes seins

Alors mes mains douces et câlines

Voyagent entre monts et collines

 

Pour découvrir un paradis généreux

Mes doigts sillonnent et se promènent

Entre mes cuisses tels des Dieux

Afin de se désaltérer à la fontaine

 

A l'orée d'un bois, nue, je suis allongée

Sur un tapis de feuilles couleur vermeille

Si le chant des oiseaux est une merveille

Le fruit du plaisir a été savouré........

 Rachël

Posté par L encre noire à 19:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

la valse des regrets

diapos10[1]

Posté par L encre noire à 18:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]