09 décembre 2016

Le chemin de la luxure

DSCF2151

Le chemin de la luxure

 

Être une fleur pour orner le chemin de la volupté
Éclore pour vous offrir mon cœur paré de baisers
Vous inventez le plus beau des parfums, doux élixir
Laissez-moi faire frémir vos sens, monte votre désir

Mes mains deviennent caresses, tombent mes atours
Doucement, mes seins vous effleurent, bouche velours
Nos corps s'enlacent et entament la danse de la passion
Langue taquine, vibre votre archet aux sons des violons

Cette romance est pour nous, elle est dédiée aux amants
Jambes gaînées de soie accompagnent un chant de joie
Ce sont des cris, des gémissements, montée au firmament
Mon amour, sous la lune, votre regard n'est que pour moi

Nous découvrirons le chemin de la luxure jusqu'à l'outrance
Volupté et ses dorures vous font oublier notre bonne conscience
Ce sont des corps exténués, le souffle court des morts vivants
Qui vont bientôt ressusciter et revivre dans un nouvel élan....

Rachël

Posté par L encre noire à 14:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]


L'esprit flâne

DSCF2154

L'esprit flâne

 La lumière de l’âme éclaire ce que le cœur dissimule,
Instable vie, énergie enfouie, l’audace déambule,
La bienveillance montre le signe d’une faible tendresse
La main effleure le désir qui se tourne vers la tristesse

 La lumière s’éteint, le cœur sombre….
Oh mon amour, je ne vois que des ombres

 Douce et noble terre nous prendra sur son sein
Gardien de notre propre vie, dévoile son dessein
Quand l’histoire se trouble, le destin sera mystère
Voir une lumière et l’esprit flâne, s’égare et erre

 La lumière s’éteint, le cœur sombre….
Oh mon amour, je ne vois que des ombres

 Espoir aveugle mènera toujours à un amour mort
Désespoir de soi-même feu de l’enfer brûlera le corps
Silencieuse, la camarde dévoile ses jeux d’ombres


La lumière s’éteint, le cœur sombre….
Oh mon amour, je ne vois que des ombres
La lumière s’éteint, le cœur, le cœur sombre….
Oh mon amour, je ne vois que des ombres

Rachël

 

Posté par L encre noire à 14:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Odyssée solitaire

824029

                     Photo de jules egger                        
http://www.zphoto.fr/jules_egger_album_photo824029.html

Odyssée solitaire

 

Elle rêve sur une musique douce
Voyage sur les routes à longue queue
Pénètre lentement les mers bleues
Caressant les montagnes rousses

 ô doux réveil
Mes sens s'éveillent

 Les sous- bois s'ouvraient à elle
Laissant paraître une douce chaleur
S’abandonnant à une brise sensuelle
Son corps volait de fleurs en fleurs

 ô doux réveil
Mes sens s'éveillent

 Douceur d'une odyssée solitaire
Vêtue d'une robe en soie légère
Les rayons du soleil effleurent
Ses courbes comme le jongleur

 ô doux réveil
Mes sens s'éveillent

 Elle se promène et hume l'aubépine
S'entoure du lierre et devient coquine
La mousse comme lit, mes sens s'éveillent
Le bleu du ciel perce, ô doux réveil

 ô doux réveil
Mes sens s'éveillent

 

Rachël

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par L encre noire à 14:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Doux miel

DSCF2146

Doux miel

 Quand nous feront naître une nouvelle aventure,
Nous cueilleront les exquises essences de la nature
Nos caresses effleureront ce doux miel sur nos corps
Et avec délectation nos langues goûteront ce trésor

 Passionnée, je t'aime
Amoureuse, tu m'aimes
Passionnée, je t'aime
Amoureuse, tu m'aimes

 

Ce jeu fera naître des gestes engageants et hardis.
Pour tenter une approche fusionnelle vers le paradis.
Comme un bateau qui voguera et explorera les étoiles
La tentation naviguera, l'attirance soufflera dans les voiles

 Passionnée, je t'aime
Amoureuse, tu m'aimes
Passionnée, je t'aime
Amoureuse, tu m'aimes

 Alors, le mat se dressera, nos corps accosteront lentement.
Sensualité et volupté attiseront l'excitation et le plaisir
Puis nos mains et nos bouches feront apparaître le désir
Ô jouissance, nos corps épuisés se noieront dans l'océan

Passionnée, je t'aime
Amoureuse, tu m'aimes
Passionnée, je t'aime
Amoureuse, tu m'aimes

Rachël



Posté par L encre noire à 14:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Hier

DSCF2879

Hier

 

 

J'ai peur des demains qui me tourmentent
La vie devient soudainement désarmante
Pas facile de dire adieu à ceux que l'on aime
Je pense à hier et s'efface ma peine

 Chante-moi l'amour
Encore et encore
Chante-moi l'amour
Encore et encore

 L'amour était le capitaine de notre bateau
Face à la mer agitée, nos corps ont résisté
On c'est construit une vie à deux
Une histoire simple et passionnée

 Chante-moi l'amour
Encore et encore
Chante-moi l'amour
Encore et encore

 Au fond de nous, on sait que c'est la plus belle,
Là où je vais, elle restera éternelle........
Même si le laisse quelques souvenirs ici
J'emporte les plus beaux, je laisse mes soucis

 Chante-moi l'amour
Encore et encore
Chante-moi l'amour
Encore et encore

 La lune dit être mon amie, il est très tard
Elle n'est même pas venue me dire au-revoir
J'ai peur des demains qui me tourmentent
Ce sont les mots d'une femme aimante

Chante-moi l'amour
Encore et encore
Chante-moi l'amour
Encore et encore

Chante-moi l'amour
Encore et encore
Chante-moi l'amour
Encore et encore

Rachël

Posté par L encre noire à 14:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Au gré du vent, au gré du jour.

DSCF2823

Au gré du vent, au gré du jour.

 


L’astre suprême composera
un chant mélodieux,
Et les étoiles tisseront
un lit doux et soyeux.
Laissez-vous guider
sur les chemins de sable,

au gré du vent, au gré du jour.
au gré du vent, au gré du jour.


Amoureux, vous vous embrasserez
sous l’érable.
Vos cœurs chanteront l’hymne
à l’amour d’Aphrodite,
Un vent de tendresse soufflera
la folie sans desseins,
Et lentement vous naviguerez
jusqu’à l’Île de Sein.

au gré du vent, au gré du jour.
au gré du vent, au gré du jour.


Sur la plage, vos corps embrasseront
l’histoire écrite.
Le clapotis des vagues se brisant
contre les rochers,
Accompagnera la passion
et l’ardeur de votre amour.
Vous hisserez le mat du voilier
pour d’autres contrées
Vous voguerez


au gré du vent, au gré du jour.
au gré du vent, au gré du jour.

Rachël

 

Posté par L encre noire à 14:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le pays de la Sapience

DSCF3929

 

Le pays de la Sapience

 

Plume de soie met mon cœur en émoi .
Mes pensées s'envolent jusqu'à  toi,
Alors aide-moi à trouver de jolis mots,
Des mots qui savent effacer les maux .

 

Je rêve de m'endormir sur un tapis d'étoiles,
Où la passion fera tomber mon voile .
L'amour s'écrit à l'encre d'or,
Et se lit avec le corps.......

 


Une musique douce envahit mon cœur,
Que je  bois comme une douce liqueur .
Je veux vivre au pays de la Sapience,
Et me dévoiler  par excellence .

 

Je rêve de m'endormir sur un tapis d'étoiles,
Où la passion fera tomber mon voile .
L'amour s'écrit à l'encre d'or,
Et se lit avec le corps.......


Mes sens s'éveillent et entrent dans la danse,
Mon âme traverse la nuit dense,
Mon corps renaît, ondoie et suit le tempo,
Et c'est un festival de notes qui effleurent ma peau ,


Je rêve de m'endormir sur un tapis d'étoiles,
Où la passion fera tomber mon voile .
L'amour s'écrit à l'encre d'or,
Et se lit avec le corps.......

 

Rachël

 

Posté par L encre noire à 14:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 décembre 2016

Seuls les êtres supérieurs viendront à moi

                                                              78

Un vent glacial soufflait sur toutes les tombes noircies par l'oubli.....
Le marbre avait cédé par le gel,
C'est alors que la terre ouvrit ses abîmes recrachant le corps d'un homme.
Spectacle effrayant pour les mortels !
Comme si on le vomissait de ses entrailles .
Dieu c'était-il vengé ?
Il était un homme orgueilleux, cruel, qui avait vécu aux crochets des autres.
Prônait son intelligence et sa richesse devant les pauvres.
Se moquait des bonnes gens, narrait les rimailleurs et caricaturait la femme.
Il parodiait les hommes politiques, ridiculisait les journalistes.
Certains disaient qu'il avait même su berner son psychiatre !
Il était bel homme, à la veille de sa mort aucune ride n'étaient venues salir son visage.
Il séduisait les femmes qu'il voulait...
Toute sa vie, sa compagne avait endurée les clowneries de cet être hors du commun.
Hors du commun, voilà, il était hors du commun !
Il se prenait pour un astre, affirmait que son âme brillait parmi les étoiles
Peut-être que sa cruauté, son orgueil séditieux et sa démence l'ont perdues dans les couloirs du temps.
Le Diable ne supporte pas que l'on puisse lui faire de l'ombre, impossible d'enchaîner les esprits supérieurs, grands, parfaits et divins.
On plaça un drap blanc sur son corps étendu sur le marbre froid,
La nuit tombée, certains rentrèrent chez eux, pensant que demain il serait encore là.
Les autres attendirent mais face à ce vent glacial ils préférèrent aller se coucher,
Des fois que l'enfer s'ouvre sous leurs pieds.......
Le lendemain, l''homme n'était plus là, les commérages allaient bon train !
Où était-il, l'avait-on enterré ailleurs ?
Tant de questions sans réponses.....
Les vieilles bigotes interrogeaient le curé qui se contentait de faire des signes de la tête en guise de réponse.
C'est vers 14h quand le soleil éclaira la tombe, que l'on pu lire sur les morceaux de marbre :
Il a quitté votre terre de douleurs, cette terre qui vous dévorera, vous brûlera !
Seuls les êtres supérieurs viendront à moi …....

 

Rachël

Posté par L encre noire à 22:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Odyssée solitaire

PICT0982

Odyssée solitaire

 

Elle rêve sur une musique douce,
Voyagea sur les routes à longue queue,
Pénètre lentement les mers bleues,
Caressant les montagnes rousses,

 Les sous- bois s'ouvraient à elle,
Laissant paraître une douce chaleur,
S’abandonnant à une brise sensuelle,
Son corps vole de fleurs en fleurs,

 Douceur d'une odyssée solitaire,
Vêtue d'une robe en soie légère,
Les rayons du soleil effleurent,
Ses courbes comme le jongleur,

 Elle se promène et hume l'aubépine,
S'entoure du lierre et devient coquine,
La mousse comme lit, ses sens s'éveillent,
Le bleu du ciel perce, ô doux réveil.

Rachël

Posté par L encre noire à 21:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pianiste

DSC02615 - Copie

Pianiste

 

Si la vie n'était que musique,
Vous feriez chanter les cygnes
Danser la divine angélique
Et goûter le raisin des vignes

 Si la vie n'était que musique,
Vous feriez onduler les serpents
Gronder au loin les volcans
Et voyager sous les tropiques

 Si la vie n'était que musique,
Vous feriez gambader l'écureuil
Fleurir un champ de colchiques
Et s'endormir sur un tapis de feuilles

 Si la vie n'était que musique
Vous feriez naître la rosée du matin

Offrir la rose aux pétales de satin
Et se baigner dans les eaux exotiques

 

Rachël

Posté par L encre noire à 21:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]